Sa jeunesse

Petrus Josephus Jacobus Crombé est né à Opwijk le 14 janvier 1920 et était à l’école maternelle à Droeshout, un hameau d’ Opwijk. A Opwijk il allait à l’école de village et avait une jeunesse fantastique. Là-bas il apprenait les ficelles de la gaminerie. L’ hiver pour les garçons il était amusant de barrer le ruisseau Regenwortel de sorte que les champs et les prés voisins débordaient qui résultait à une patinoire magnifique. Les paysants étaient moins enthousiastes. Pour tout racheter Petrus et ses amis travaillaient un peu à la ferme. Leur aide n’a pas toujours été efficace mais souvent apprécié. Pour la fermière, ils ont joué du théâtre au fenil jusqu’ils étaient épuisés. En abattant du bois à brûler, ils ont offert leur aide au curé alors qu’ à l’été ils y ont mangé des cerises à volonté. Après qu’ils avaient scié les piliers corniers de la serre, leur amitié honorant avec le pasteur et une période incroyable de servant finissait brusquement. Servir à l’autel n’inspire pas toujours aux actes dévots.

Il était un temps bienheureux... qui ne pouvait pas durer. Le jeune Crombé a quitté l’école de village pour aller à l’école secondaire à Merchtem. En faisant la route à bicyclette avec ses amis pendant trois années, Crombé était au courant de tout. Il connaissait la rue, il savait ce qui se passait aux cafés, il écoutait les vieilles femmes à leurs portes et qui savaient toujours plus raconter de leurs voisins que peut passer pendant une vie humaine. 

Après Merchtem, Puurs. La sobriété incolorée des Trappistes. Une connaissance désolée avec le pensionnat et les chambrettes : il se sentait prisonier. Avant la deuxième guerre mondial, c’était l’habitude. Tout le monde l’a trouvé normal par exception les pensionnairs évidemment.  Les pères , ils ont impressionés le jeune Crombé. Les vieux hommes qui besognaient la terre equipés d’un bibliothèque au dos. Là-bas, pour la première fois, il a commencé à distinguer le ressort humain et son extérieur. Peu à peu il a commencé à observer tout de manière critique. Mais aussi Puurs passait ...

Site powered by CoMaSer